4 commentaires

  • En effet, TiLogo. J’y vois aussi un autre danger évidemment, c’est l’abrutissement par les ondes électromagnétiques. Les tablettes fonctionnent en wifi. Et en plus il s’agit de gamins.
    Vous voulez encore en faire, des gamins ?
    J’ai encore fait remarqué l’autre jour à une jeune femme que son gamin (deux ans peut-être) se prenaient des ondes car il était en train de regarder quelque chose sur le téléphone portable de sa mère, donc en wifi très certainement. Visiblement, elle s’en est foutue ! Même après que je lui ai signalé qu’il y a de plus en plus de cancers du cerveau chez les enfants. Tant pis pour elle, ce n’est pas mon gosse après tout !

    Comme il est dit dans l’article, il faudra aussi plus de ressources, donc plus de nucléaire en attendant mieux.
    Et le jour où le soleil nous envoie une bonne rasade d’éruptions, et/ou si quelques pirates bien placés bloquent tout les systèmes, ce sera la panique !

  • donarmando

    J’écoutais Europe 1 en rentrant du boulot et ce que j’y ai entendu m’a fait tombé sur le cul !

    Deux universités prestigieuses, dont oxford il me semble, vont dorénavant abandonné les examens écrits au profit des examens via tablette et clavier. Pourquoi ? Parce qu’au fil des années la qualité d’écriture des élèves s’est considérablement dégradée, rendant certains copies quasiment illisibles, obligeant les professeurs à faire revenir en plein été les élèves pour qu’ils leur lise leur copie !!! Incroyable et affligeant. Soit je deviens un vieux con ou un rétrograde, mais je trouve aberrant de vouloir abandonner l’écriture au profit des taps taps du clavier. Merde quoi !!

  • Passetec Passetec

    Quand le robot Pepper fait sa rentrée au Lycée technique et hôtelier de Monaco

    Support pédagogique « aux perspectives extrêmement vastes », le robot humanoïde a été présenté ce lundi matin à ses nouveaux camarades.

    C’est un élève pas comme les autres qui a fait sa rentrée au Lycée technique ce lundi. Pepper, un robot humanoïde en polyéthurane blanc de 1,20 m et 28 kg a vécu sa première rentrée scolaire.

    Maintenu hors tension par les professeurs, qui disposeront prochainement de trois journées de formation pour l’apprivoiser, Pepper a fait son effet sur les élèves.

    « C’est un outil aux perspectives extrêmement vastes. Il très puissant et très attrayant pour nos élèves », s’est félicité le proviseur du LTHM, Jean-Marc Deoriti-Castellini.

    Soutenu par la Direction de l’Education nationale, le projet a nécessité un investissement de 22000 euros.

Laisser un commentaire