Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ?…

Dans un monde fini, il ne peut y avoir de croissance infinie, ça c’est l’évidence. Être devenu super-prédateur au détriment de toutes les autres espèces, ne nous grandit pas. Nous ne savons qu’accumuler, au delà du raisonnable. La démographie galopante met la pression sur les ressources (avec les guerres pour se les approprier), les terres où on doit construire, qui ne sont plus dévolues aux cultures vivrières. Une régulation de la population sera obligatoire, si on continue à ce rythme destructeur, aider les pays au lieu de les piller. Éduquer les femmes dans les sociétés patriarcales, où elles ne sont que des « pondeuses ».

La Terre est à tous, empêcher ceux qui sont plus pauvres de profiter du bien être que le « progrès » nous a apporté, est inhumain. A ce niveau, c’est la disparition de l’humanité qui est en marche et, si nous ne raisonnons qu’en terme de profits, se sera rapide. Il nous faut repenser notre mode de vie, énergivore, polluant, accumulateur de choses pour beaucoup non indispensables, mortifère et ça, il n’y a que nous qui puissions le faire. Pour tous les enfants à qui, égoïstement nous donnons la vie, sans nous préoccuper du monde que nous allons leur laisser. Ce sujet est polémique de part le fait qu’il y a pour beaucoup, atteinte à la vie. Mais qu’elle vie ? Si on ne se bouge pas, les enfants heureux, seront ceux qui ne seront pas nés.

Foule à Time Square / CC FlickR/Basta

La question revient fréquemment dans les débats sur le changement climatique : l’augmentation de la population constituerait l’une des principales menaces pour l’équilibre planétaire. Les pays pauvres, et particulièrement l’Afrique avec sa forte croissance démographique, sont implicitement visés. Pourtant, un Africain pollue vingt fois moins qu’un Nord-américain. Si la question démographique se pose à long terme, elle risque d’être utilisée pour évincer les vraies priorités et responsabilités : une meilleure gestion et répartition des ressources et une remise en cause du modèle consumériste.

C’est une alerte solennelle qui permet de remettre l’urgence climatique au cœur des débats. Le 13 novembre, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont publié un cri d’alarme sur l’état de la planète pointant la « trajectoire actuelle d’un changement climatique potentiellement catastrophique » et un « phénomène d’extinction de masse » [1]. Si ce texte, largement relayé par les médias, souligne l’échec des gouvernements à réévaluer le rôle d’une économie fondée sur la croissance, il met surtout l’accent sur « la croissance démographique rapide et continue » perçue comme « l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétale ». Qu’en est-il vraiment ?

Un Nord-américain pollue vingt fois plus qu’un Africain

Quels sont les pays visés lorsque l’on aborde la question démographique ? En quinze ans, la population mondiale est passée de 6 milliards à 7,5 milliards d’humains. Selon les données 2016 de la Banque mondiale, ce sont principalement les pays de l’Afrique subsaharienne (Guinée équatoriale, Niger, Angola, Ouganda…) qui connaissent actuellement les taux de croissance démographique les plus élevés du monde. Selon les projections des Nations-Unies, l’Afrique représenterait 54 % de l’augmentation de la population mondiale entre 2015 et 2050 et 83 % de l’augmentation entre 2015 et 2100 [2].

Si la population africaine se retrouve dans le viseur, sa contribution aux émissions de gaz à effet de serre (GES) est pourtant très faible. Dans leur étude « Carbone et inégalité : de Kyoto à Paris » publiée en novembre 2015, les économistes Lucas Chancel et Thomas Piketty rappellent que chaque consommateur nord-américain émet en moyenne 22,5 tonnes d’équivalent CO2 (tCO2e) par an, soit presque deux fois plus qu’un habitant d’Europe de l’Ouest (13 t), trois fois plus qu’un résident du Moyen-Orient (7,6 t), et quatre fois plus qu’un Chinois (6 t). A l’inverse, les habitants d’Asie du Sud et d’Afrique émettent environ 2 tonnes d’équivalent CO2, bien en dessous de la moyenne mondiale qui s’établit à 6,2 tCO2e par habitant, et vingt fois moins qu’un Nord-Américain ! [3]

Les 10 % les plus riches sont responsables de la moitié des émissions de CO2

Or, de nombreuses inégalités subsistent à l’intérieur des pays. Pour en rendre compte, Lucas Chancel et Thomas Piketty se sont penchés sur les 10 % des individus les plus émetteurs au niveau mondial : comme le montre leur schéma ci-dessous, 40 % des émissions de CO2 satisfont les besoins des nord-américains, 20 % des européens et 10 % des chinois. A l’autre bout de la pyramide, les individus les plus pauvres du Mozambique, du Rwanda et du Malawi émettent environ 0,1 tonnes d’équivalent CO2 par an. Soit 2000 fois moins que les 1 % les plus riches américains, luxembourgeois, singapouriens et saoudiens, avec des émissions annuelles par personne supérieures à 200 tonnes.

L’appel des scientifiques invite à « réexaminer nos comportements individuels, y compris en limitant notre propre reproduction et en diminuant drastiquement notre consommation par tête de combustibles fossiles, de viande et d’autres ressources ». Là encore certains comportements sont bien plus irresponsables que d’autres. Une infographie de l’ONG Oxfam souligne le rôle prépondérant du consumérisme. Dans son rapport de décembre 2015, l’ONG estime que les 10 % les plus riches sont responsables de 49 % des émissions mondiales liées à la consommation !

« Non seulement les habitants les plus pauvres de la planète (moins de 4,40 dollars par jours) sont les moins responsables du changement climatique, mais ils sont en général les plus vulnérables face à ses conséquences et les moins préparés pour l’affronter », rappelle également Oxfam. Parmi les exemples de la carte ci-dessous, le cas du Bangladesh est emblématique. Figurant parmi les pays les plus pauvres et les plus densément peuplés au monde, il est régulièrement frappé par des cyclones et inondations dévastatrices alors même que son empreinte carbone est minime.

90 entreprises sont à l’origine de 50 % de la hausse de la température

Se concentrer sur la question démographique c’est prendre le risque d’évincer la responsabilité des plus grandes entreprises dans l’aggravation du réchauffement climatique. Une étude publiée en octobre 2017 par l’ONG américaine Union of Concerned Scientists (UCS), pointe les 90 principales entreprises productrices de pétrole, gaz, charbon et ciment. Elles sont à l’origine de 57 % de la hausse de la concentration atmosphérique en CO2, de près de 50 % de la hausse de la température moyenne mondiale, et d’environ de 30 % de la hausse du niveau moyen des mers observées depuis 1880 [4]. Depuis 1980, les principaux responsables de la hausse des températures sont Saudi Aramco et Gazprom, suivis par ExxonMobil, National Iranian Oil Company, BP, Chevron, Pemex et Shell. Le français Total arrive en 17e position, juste derrière la Sonatrach algérienne.

Autre secteur pointé du doigt : les industriels de la viande et des produits laitiers. Un nouveau rapport souligne que les vingt plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers ont émis en 2016 « plus de gaz à effet de serre que toute l’Allemagne ». « Si ces entreprises étaient un pays, elles seraient le 7ème émetteur de gaz de serre », insistent les auteurs. Ils préconisent une transition vers des systèmes alimentaires qui reposent sur les petits producteurs, l’agroécologie et les marchés locaux.

Mieux gérer les ressources, plus efficace que limiter la démographie

La surpopulation est une thématique qui revient régulièrement dans les débats, s’appuyant notamment sur l’héritage de Thomas Malthus. Dans son Essai sur le principe de population (1798), le pasteur anglais justifie la restriction démographique par la disponibilité alimentaire : la population croît plus vite que les ressources disponibles conduisant à des famines. Un argument que réfute le paysan-philosophe Pierre Rabhi. « Un cinquième de l’humanité consomme les 4/5e des ressources produites. Ce serait très pernicieux d’invoquer la démographie pour dire qu’on ne va pas s’en sortir. Non ! Plusieurs milliards d’humains ne s’en sortent déjà pas », confiait-il à Basta !. Avant de se préoccuper de limiter la population mondiale si les ressources disponibles le nécessitent, il serait bon de s’intéresser à leur meilleure préservation et répartition.

Plusieurs scénarios, à l’horizon 2050, s’accordent pour conclure qu’il est possible de nourrir une population de 9 ou 10 milliards d’habitants à l’horizon 2050, tout en réduisant les impacts environnementaux [5]. La réduction de moitié des pertes et gaspillages alimentaires permettrait une économie de 12 % de la consommation d’eau [6]. « La transformation de nos modes de production et d’organisation économique est porteuse de progrès majeurs en ce qui concerne toutes les limites planétaires », relève l’économiste Sandrine Paillard. Pour elle, ces transformations seraient « porteuses de progrès environnementaux beaucoup plus considérables qu’une réduction de la pression démographique sans modification de nos modes de vie, de production et d’organisation » [7].

La question du consumérisme des classes moyennes

Dans son livre La nature est un champ de bataille (2014), le sociologue Razmig Keucheyan rappelle également que « la crise environnementale est liée au capitalisme et aux inégalités qu’il génère » [8]. A ses yeux, quatre caractéristiques du capitalisme – productivisme, prédation, dépendance aux énergies fossiles, consumérisme – en font un système néfaste pour l’environnement. « Le problème est donc fondamentalement lié à la dynamique du capitalisme et à ses effets sur l’environnement et les inégalités », résume t-il.

Pour autant, que se passera-t-il si les classes moyennes asiatiques – puis africaines – en croissance démographique se mettent à consommer comme leurs homologues européennes ou américaines ? Dans son dernier ouvrage Dire non ne suffit plus, la journaliste canadienne Naomi Klein rappelle l’importance d’affirmer et de défendre des alternatives démocratiques, solidaires, écologiques et sociales. « Après 40 ans passés dans cet univers néolibéral, le plus grand obstacle est la crise de nos propres imaginaires », explique t-elle. Elle invite donc à bâtir sans relâche l’alternative. « Certaines communautés, notamment les peuples indigènes, essaient depuis longtemps de maintenir vivant un mode de vie qui ne se fonde ni sur la propriété de la terre, ni sur la quête incessante du profit », illustre t-elle.

En finir avec la domination des hommes sur les femmes

Parmi les préconisations de l’appel des 15 000 scientifiques figure la volonté de « déterminer à long terme une taille de population humaine soutenable et scientifiquement défendable ». Cet objectif d’une stabilisation du nombre d’individus sur Terre a été clairement explicité lors de la Conférence mondiale sur la population au Caire en 1994. « N’est-ce pas là un vœu pieux ? », interroge Jacques Véron, démographe et directeur de recherche à l’Institut national d’études démographiques [9]. Chaque pays contribuant à la croissance globale est en effet souverain. Et « les pays membres des Nations unies connaissent par ailleurs des situations si différenciées que leurs intérêts immédiats divergent souvent », note t-il.

Si les questions démographiques ont été largement débattues depuis 1946 au niveau international, il semble que la stabilisation de la population mondiale ne soit plus aujourd’hui un objectif affiché par les instances onusiennes davantage préoccupées par les migrations internationales. Une chose demeure établie : la plupart des femmes choisissent d’avoir moins d’enfants quand elles peuvent en décider librement. Ce qui suppose l’amélioration de leur statut, l’accès de toutes à l’éducation et la mise à disposition des moyens modernes de contraception.

Sophie Chapelle pour BastaMag

Sources:

[1Le texte « Bientôt, il sera trop tard », initialement publié en anglais dans la revue Bioscience, a été traduit et relayé en français en Une du journal Le Monde

[2United Nations, World population prospects, key findings and advanced tables, 2015 revision.

[3Ces données prennent en considération la production du pays et les niveaux de consommation, qui intègrent les émissions « importées », quand, par exemple, un vêtement acheté dans un pays est produit dans un autre.

[4Cette étude prolonge celle publiée en 2014 par Richard Heede du Climate Accountability Institute, qui avait montré que ces mêmes 90 entreprises étaient responsables d’environ 63 % des émissions cumulées de CO2 entre 1854 et 2010.

[5Cf. Karl-Heinz Erb et al., « Exploring the biophysical option space for feeding the world without deforestation », Nature Communications, 7 : 11382, 2016. Bruno Dorin, Sandrine Paillard et Sébastien Treyer (dir.), Agrimonde : scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, 2010, Quae.

[6Mika Jalava et al., « Diet change – a solution to reduce water use ? », Environmental research letters, n° 9, 2014.

[7Sandrine Paillard, « Anthropocène, la planète va t-elle craquer ? », in Fécondité : un enjeu pour la planète ?, Revue Projet n°359, été 2017

[8Lire notre entretien : Écologie des pauvres, écologie des riches : quand les inégalités sont aussi environnementales

[9Jacques Véron, « L’introuvable gouvernance mondiale », in Fécondité : un enjeu pour la planète ?, Revue Projet n°359, été 2017

Voir aussi sur Basta:

Les monnaies locales, un moyen efficace pour lutter contre la spéculation financière et les délocalisations ?

Mais pourquoi donc les femmes victimes de violences ne portent-elles pas plainte ?

Une filiale de Total reconnue responsable de la catastrophe AZF

Environ 400 milliards d’euros : le faramineux coût des cancers professionnels en Europe !

« Le 15 novembre 2015, j’ai allumé une centaine de bougies, le soir j’étais assigné à résidence »

83 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Ne vous tracassez pas, la nature se chargera d’équilibrer la population humaine mondiale comme elle l’a déjà fait par le passé et comme elle le fait en permanence pour toutes formes de vie sur terre. Donc, continuez à vous entre-tuer, à polluer votre environnement, à vous nourrir industriellement sans oublier de vous faire vacciner, et vous lui donnerez un sacré coup de main à la nature https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

    M.G.

    • JBL1960 JBL1960

      Si, MG, tracassons-nous, c’est notre laisser-faire qui nous a conduit là où nous sommes.
      La Croix a posé la question en ces termes « Faut-il réduire la population mondiale pour sauver la Planète ? » et les psychopathes aux manettes qui organisent via la « Théorie du RCA » ou le mythe de la surpopulation l’acceptation par le plus grand nombre qu’il faut réduire la population mondiale, allez au hasard, à 250/300 millions d’individus comme l’affirmait le Ted Turner ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/11/citationtedturner.jpg
      sont à combattre, en leur retirant notre consentement ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/11/16/makrel-enmarche-vers-la-reduction-de-la-population/

      Et non en attendant pour voir, parce que c’est tout vu !

      Notre changement d’attitude doit se faire dans tous les domaines et initier un nouveau paradigme n’est pas seulement sur un plan politique nous avons à modifier notre rapport au Monde, à la Nature, à la Terre. L’autogestion doit se faire à tout les niveaux. Que l’on admette que le mythe de la surpopulation est une manipulation mentale pour nous faire accepter l’idée que nous sommes trop nombreux et rappelez-vous que les Zélites ont tout prévu pour limiter la population mondiale à un maximum de 500 millions d’individus !
      Pour en finir avec l’escroquerie malthusienne de la « surpopulation  » ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/08/11/resume-sott-de-juillet-2017-dossiers-infos-pdf-ad-hoc/

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        JBL, j’imagine que tu as saisi cette pointe d’ironie dans mes propos ? Même si je reste persuadé que la nature va se charger d’une bonne partie de notre régulation, tout comme je suis convaincu qu’il est inutile de chercher des solutions aux multiples problèmes que nous avons créé par notre incompétence notoire et notre arrogance, nous n’avons pas les capacités de réparer. Il serait plus judicieux de traiter l’origine du mal en modifiant radicalement nos modes de vie plutôt que de vouloir cautériser une jambe de bois.

        Comme tu le dis, l’Homme doit changer son attitude et modifier en profondeur ses interactions vis à vis de la nature, de la planète, mais l’autogestion dont tu parles également concernera combien d’individus capable d’en comprendre ne serait-ce que la signification ? Comme moi, tu sais bien que l’Homme du 21ème siècle est un indécrottable du bulbe et que seule une poignée d’éveillés, dont la conscience a tendance à surchauffer devant l’ampleur du désastre, sera à même de proposer d’autres chemins de vie. Quel pourcentage de la population sortira du marasme pour leur emboîter le pas ? Et quel autre pourcentage demeurera définitivement ancré dans un mode de vie destructeur, engendrant des générations de destructeurs qui finiront sagement le boulot, c’est à dire l’annihilation de notre maison commune ?

        Tu veux mon pronostique ?
        0,01 % de courageux qui tenteront d’initier un nouveau paradigme, face à 99,99 % de loques en devenir qui périront dans une course effrénée à la consommation sans ce soucier de ce qui dépasse de leur nombril. Donc quand je dis qu’il faudra compter sur la nature pour équilibrer la démographie ce n’est peut-être pas si dénué de sens, et peut-être même à souhaiter, car devenu une nécessité face à l’incurie humaine. D’autre-part, vouloir réduire de façon arbitraire la population terrestre (une ingérence de plus) n’aura pour conséquence que d’atténuer provisoirement les effets engendrés par nos dérives et retarder l’inéluctable …

        M.G.

    • Billou223

      Complètement d’accord. On dit que la médecine a tué la sélection naturelle, mais je pense qu’au contraire, celle ci frappe et frappera de plus en plus durement…

  • Graine de piaf Graine de piaf

    S’il n’y avait pas autant de con***s aux commandes,
    si tout le monde pensait à respecter la Nature, à s’alimenter différemment, à cesser la consommation à outrance, à acheter toujours le dernier gadget sorti, à ruiner la terre,
    si, au lieu de nourrir les animaux pour une poignée d’hommes on faisait le contraire,
    si des populations n’étaient pas affamées pour satisfaire les envies – je ne dis pas les besoins – provoquées par le biais des médias pour satisfaire toujours les mêmes inconscients, etc… etc…
    la Planète pourrait tranquillement recevoir le double des bipèdes qui la peuplent actuellement. Des études sérieuses et bien sûr effectuées hors la mainmise des pouvoirs, l’ont prouvé à maintes reprises.
    Mais il est certain que le monde court à sa perte si tout continue comme en ce moment, qu’il y aura de plus en plus de famines sur la terre.
    Le problème est pris à l’envers tout le monde le sait plus ou moins mais personne ne veut changer ses habitudes, alors…

     » Pierre Rabhi. « Un cinquième de l’humanité consomme les 4/5e des ressources produites. Ce serait très pernicieux d’invoquer la démographie pour dire qu’on ne va pas s’en sortir. Non ! Plusieurs milliards d’humains ne s’en sortent déjà pas �� » il a tout à fait raison !
    Donc en un mot comme en cent, je pense que cet article résume assez bien la situation.

  • Norbert

    «  »Dans un monde fini, il ne peut y avoir de croissance infinie, ça c’est l’évidence. » »

    ARCHI-FAUSSE EVIDENCE!

    Le monde terrestre n’est pas fini car il est en perpetuelle creation et renouvellement.
    Et cette croissance infinie lineaire et exponentielle ne peut se trouver qu’en dehors de la terre vers les confins des univers.

    Il ne faudrait pas oublier la loi de Lavoisier.

    En fait toute vie,toute chose tourne en rond car ou tout commence tout fini et vive versa et ceci tant qu’il n’y aura pas de deperdition en direction de l’espace.
    La terre est un vase clos et donc tout ne peut se repeter qu’a l’infini mais de facon differente, sauf l’imprevisible qui ferait se detraquer le cours des evenenements comme bombe atomique,meteorique…ect..

    Comme le soleil ,la terre a notre echelle est eternelle.
    Simple reflexion de logique et bon sens.

    • JBL1960 JBL1960

      “Il n’y a pas le moindre doute que l’hésitation de bien des biologistes pour reconnaître la sociabilité et l’entraide comme caractéristiques fondamentales de la vie animale est due à la contradiction qu’ils perçoivent entre une telle reconnaissance et la dure lutte pour la survie malthusienne qu’ils considèrent être au plus profond de la théorie de l’évolution darwinienne. Même lorsqu’ils sont remémorés par Darwin lui-même dans son second ouvrage “La descendance de l’Homme”, qu’il reconnaissait la valeur dominante de la sociabilité et des sentiments “positifs” pour la préservation de l’espèce, ils ne peuvent pas réconcilier cette assertion avec la partie que Darwin et Wallace ont assigné à la lutte individuelle malthusienne pour le gain d’avantages individuels dans leur théorie de la sélection naturelle. » Pierre Kropotkine
      La bombe démographique est un pétard mouillé – Rodolphe de Koninck et Sébastien Roux – Du département de géographie de l’université de Montréal ► https://resistance71.wordpress.com/2017/04/06/pour-en-finir-avec-lescroquerie-malthusienne-de-la-surpopulation/

      @Norbert = Tu n’as pas tout à fait tord, à mon sens…

    • bonjour

      bombe atomique imprévisible…mdr……

      dormez sur vos deux oreilles le N.O.M s’en charge il est en pleine action…empoisonnement de l’eau, de la terre et de l’air…..

    • Voltigeur Voltigeur

      Pour moi un monde fini c’est qu’on ne peut pas aller ailleurs, il est limité. Nous n’en sommes pas encore capable d’aller sur une autre planète et tant mieux, vu ce que nous faisons de la notre.

    • GROS

      Il y a l’aspect cyclique et renouvelable : effectivement la Terre est en perpétuel échange d’énergie avec son étoile.

      Et il y a l’aspect non renouvelable. Quand il n’y a plus de minerai, il n’y en a plus. Quand tous les cours d’eau sont contaminés, il n’y a plus d’eau pour la consommation. Quand toutes les terres sont mortes et infertiles, plus rien ne pousse.

      Je regrette le titre du billet, où encore une fois on nous sort l’inepte anthropocentrisme « sauver la planète » alors qu’il s’agit simplement de faire durer aussi longtemps que possible l’espèce humaine. Ne vous en faites pas, cette dernière n’est pas éternelle, et la planète existera encore bien longtemps après nous.

      Donc, pour revenir à notre nombril : plus de population => plus de pollution => plus de dommages infligés à notre environnement vital.
      Moins de population => moins de pollution => on retarde l’échéance, mais on n’empêche pas l’inévitable.
      Éventuellement on peut supposer qu’on donne une chance à notre espèce d’évoluer et s’adapter à un nouvel environnement, mais vu les échelles de temps en question, je n’y crois pas une seule seconde (une espèce au rythme de reproduction lent comme le notre n’évolue pas significativement en 1 ou 2 siècles).

      Donc bon…

      « De toutes façons, on a déjà percuté l’iceberg. Alors le mieux que l’on ait à faire maintenant, c’est reprendre du Champagne. »
      (Jamie Dimon)

      Arrêtez de vous prendre le chou, et profitez donc de la vie. Elle est déjà assez complexe comme ça.

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        Optons pour la méthode du bon chasseur : lâchons dans la nature des individus élevés en captivité, éliminons-les en prétextant œuvrer pour la régulation de l’espèce tout en limitant les dégâts qu’elle occasionne sur la terre.

        Ah ! on me dit à l’oreillette que cela se pratique déjà dans certaines zones de la planète …

        M.G.

      • GROS

        Je ne suis pas contre la régulation démographique. Bien au contraire.

        (et je parle bien de régulation, pas de buter tout le monde…)

      • Yves Cochet, écologiste, s’est fait vilipender lorsqu’il a proposé de supprimer les allocs à partir du 3° enfant !, c’est un sujet hyper sensible …..

  • Grand marabout Grand marabout

    on devrait faire cesser la sur consommation de bagnoles qui terminent à pourrir neuves sur des parkings pour ne parler que de cela..

    l’Afrique encore le bouc émissaire de la solution!
    – si en Afrique ,il y a autant de naissances ,c’est surtout que la mortalité infantile y est très élevé
    – l’Afrique est convoitée,pour ses terres (minières,agricole,etc)
    quand on regarde sa superficie,elle pourrait devenir le prochain grenier de la planete,avec des moyens,ils pourraient en exploiter des surfaces agricoles
    sans ce soucier,des mauvaise récoltes que subissent les usa,ou d’autres pays
    par exemple
    les chiffres sur les pertes sont connues et sont croissant d’années en années
    ce qui fait le bonheur des spéculateurs
    ce n’est pas un hasard si la Chine, achète des terres cultivables la bas!
    sans parler,des déserts arides,où l’exploitation agricole se développe depuis fort longtemps

    commençons par éliminer tous les parasites à cravates sur tous les continents
    ça fera moins de bouches à nourrir,parce que eux ils en prennent ,du poids
    dans leur diner de cons !

  • lansquenet

    26m2 DE BÉTONNAGE DE TERRE AGRICOLE A LA SECONDE :

    http://wwww.latribune.fr/actualites/economie/france/20111221trib000672707/chaque-seconde-26m-de-terres-agricoles-disparaissent-en-france.html

    Pour la surnatalité africaine importée

    VRAI ÉCOLO : RENÉ DUMONT

    https://www.youtube.com/watch?v=gCT5FA8_cRA

    « Il y a trop d’hommes dans le tiers monde [….] L’arrêt de la croissance démographique est encore plus urgente dans les pays développés comme la France « 

  • Leveilleur

    Pour ma part j’ai pris conscience très tôt que les générations futures n’auront pas la possibilité de fonder une famille heureuse et c’est pour ça que j’ai refusé de faire des enfants et tout en sachant qu’ils vont-être obligés de rattraper nos conneries et reconstruire ce que leurs aïeuls ont détruit.

    Parfois j’ai l’impression d’être la seule à penser au bien des générations futures tant l’instinct de reproduction est vraiment trop fort chez certain(es), au point d’en oublier les conditions déplorables dans lequel vont vivres leurs enfants dans le futur. Un enfant n’est pas un poupon que l’on désire égoïstement mais pour beaucoup c’est le cas.

    Cependant les enfants qui arrivent semblent avoir bien conscience des problèmes liés à leur existence. Le fils d’un ami qui à 14 ans lui disait qu’il ne ferait pas d’enfants à cause de la pollution et de la destruction de la bio diversité sans compter les problèmes de pénuries alimentaires et économiques qu’ils vont rencontrer aux cours de leur vie.

    A quoi bon laisser la charge aux générations futures de régler nos problèmes et nos dettes ? Acheté par les lobbys et les multinationales la plupart des gouvernements refusent de stopper la pollution pour protéger notre avenir alors qu’il est vraiment temps. Tant que le profit dominera la terre, il y aura assurément destruction de notre planète.

    De plus aujourd’hui certaines populations devraient avoir accès à la contraception ce qui n’est pas le cas et parfois on se demande ce que font les ONG pour aider ces populations qui voudraient moins d’enfants.

    Il va nous falloir quoi pour comprendre que nous allons trop loin ? Quelques petits cataclysmes, quelques virus ou pénuries alimentaires ? Pour ma part je pense que la nature devra à un moment donné nous réguler afin de pouvoir survivre elle même.

    Mais avant ça souvenons nous que la vierge à Fatima nous exhortée à prendre une autre direction et cela avant qu’il ne soit trop tard pour l’humanité entière, donc aujourd’hui plus que tout, ces mises en gardes ne devraient plus être vaines.

  • engel

    Dixit:
    -« Éduquer les femmes dans les sociétés patriarcales, où elles ne sont que des « pondeuses ». »…..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    Pourquoi c’est la faute du matriarcat tout ce bordel???

    – Il est vrai, que se couper un sein pour faire la guerre, c’était mieux.
    Ainsi les gosses en bas bas-age mouraient de faim, faute de mères capables ou revenues de guerres.
    …Problème solutionné à la base

    – Et aussi il est vrai, que Mme Thatcher , Mme Albright, Mme Noland ou Mme Clinton, voilà la solution pour l’humanité.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    Pour le reste, il est certain que dame nature va se charger de faire le ménage bien mérité.
    Et cela s’appelle, la sélection naturelle. Y a plus qu’à assumer…

    • Voltigeur Voltigeur

      Non Engel, c’est dans ces société où la femme n’a pas droit à la parole, ni d’autre choix que d’assurer une nombreuse descendance, preuve suprême de la « virilité » de l’époux. Ce qu’il faut c’est éduquer, donner les moyens de faire autrement. Il y a des missions qui s’y emploient, mais c’est très long. On ne change pas ce qui dure depuis des siècles en quelques années..

      • blackh

        Il y a d’autres raisons que ça, toutes plus discutables les unes que les autres :
        – considérations religieuses (c’est dieu qui l’a voulu… !)
        – le nombre est supposé contrecarrer la mortalité
        – les traditions : dans les pays d’afrique de l’ouest, une femme sans enfant est mise à l’écart
        – leur attrait à faire des enfants !

      • engel

        Et bien non Voltigeur,
        Ce que tu décris, n’est que le fruit des valeurs morales qu’une société se donne.
        Et en aucune façon, du type d’assise sociétale (matriar ou patriar, mixte, collective, etc…).

        Ce monde est rempli de stéréotypes profondément enracinés…Et le sexisme mal assimilé en est un!

        La société patriarcale n’est responsable de rien.
        Pas plus quelle n’est meilleure qu’une autre.
        Elle n’est qu’une convention reconnue et acceptée par le plus grand nombre.
        Cela pourrait en être une toute autre. Les effets seraient à l’identique.

        Perso, je m’en fous de savoir si c’est la « mère » qui commande. Ou si c’est le « père ».
        Pourvu qu’il(elle) le fasse avec sagesse et respect; en adéquation avec les véritables hautes valeurs prônées par la dite société.

        Mais voilà bien le problème, les valeurs!

        Un exemple:
        Tu n’es pas sans savoir que dans la tradition musulmane(société par excellence patriarcale) les enfants sont quasiment exclusivement éduqués par les mères.
        Mères qui leurs enseignent l’esprit de mort, le non respect des femmes, sauf d’elle-même, etc…

        Alors ma question est.
        Penses-tu que le fait de changer de « qui porte la culotte » rendrait les choses plus douces et harmonieuses?

        Ceci n’est qu’un exemple.
        L’étude des peuplades primitives donnent une multitude d’exemples qui démontrent qu’un grand nombres de modèles existent.
        Pourtant, aucun ne déteint la sagesse en lui.

        Evidemment puisque la sagesse n’est pas modèle. Elle est homme*

        * ) Masculin et surtout féminin…bien sûrhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • blackh

    Il faut réduire ! Laisser de la place aux autres espèces.

    Dans le reportage « Survivre au progrès » diffusé il y a quelques années, la préconisation est d’environ 3,5 milliards…

    • engel

      Ce chiffre correspond aux années 70.
      Il semble raisonnable.
      Du moins, ce chiffre a déjà été expérimenté. On connaît bien son potentiel équilibre/déséquilibre.

      • kris 29. kris 29.

        Et bien, Messieurs les gestionnaire de l’espace humaine http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif, ……commencez par vous mous-même, ….., perso, je me met, comme vous et comme n’importe qui sur la planète sur un pied d’égalité, et c’est peu peut-être ma faiblesse…..vouloir la mort (réduction de 80%)d’une espèce animale (l’humain) me parait un peu « spychopathique », vouloir et penser au suicide de sa propre espèce pour le bien des autres ( espèces)…..est un concept un peu…bizzare, ….je vous souhaite beaucoup de bonheur, et longue vie….http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • engel

        Kris 29,

        Non qu’on content de ne pas savoir me lire, vous fantasmez et me prêtez vos propres délires de mort!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
        Où avez vous lu qu’il est question de mort????

        Si pour vous « réduire une espèce »(Blackh) se résume à tuer/exterminer, c’est sûr que là…. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

        Faudrait peut-être s’instruire avant de l’ouvrir à tord et à travers!
        Vous renseigner sur les méthodes de gestion des populations vous serez, à n’en pas douter, très profitable.

      • kris 29. kris 29.

        Je devrais apprendre à lire, je tiens à bien vous remercier de ce conseil fort utile ( oh, merci mon maitre)….. lorsque vous parlez du je cite du potentiel équilibre/déséquilibre, vous parlez de quoi, sinon du besoin de réduire la population humaine pour le bien-être de la planète, il faut assumer à un moment donné, et à titre perso., j’ai bien dit que cette idée m’étais on ne peu plus désagréable. Pour votre bien -être, faites une thalassothérapie, lisez un bouquin sympa et optimiste, faite une marche en bord de mer, montagne…. lolhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif. Bonne fin de journée. Kenavo.

      • blackh

        @Kris 29 : encore un qui n’a rien compris et qui semble ne jamais pouvoir comprendre…

      • engel

        Je confirme, instruisez-vous.

        Cela vous éviterez de passer pour un…. personnage* qui ne connaît que la mort comme instrument de régulation d’une espèce.

        *Notez que je suis très poli.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • kris 29. kris 29.

      Je n’aurais jamais , vos niveaux de consciencehttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif et , j’en suis fort aise, cela dit, bonne fin de journée.

    • Pignoufou

      Bravo! Vous avez réussi sans le savoir à vous faire le porte parole de l’élite occulte et sataniste.

      20% de la population mondiale en activité, c’est ce qui est nécessaire pour soutenir l’économie mondiale. Et 500 millions, c’est un must pour pouvoir les garder facilement sous contrôle.

      En attendant pour les autres, c’est tittytainment avant de passer à la moulinette.

      Edit: purée, je suis un peu énervé aujourd’hui. Moi aussi j’y ai cru. Qu’on était trop nombreux, qu’il fallait développer l’Afrique pour stabiliser sa démographie, etc…. Il y a une petite part de vérité dans tous ces arguments servis sur un plateau mais c’est surtout comme bien souvent un bonbon empoisonné.

      • engel

        Bravo! Grâce à vous, nous en sommes là. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

        Laisser à d’autres(illuminés) le soin de régler un problème, voilà plutôt bien le problème!!!

        Plus sérieusement, vous connaissez le gris.
        Vous savez, le truc entre les deux extrêmes, entre le blanc des gentils et le noir des méchants.

        – A chacun ses croyances, car nous sommes bien dans le domaine de la croyance.
        Et ceci dit, la votre n’est ni meilleur, ni moins bonne qu’une autre.
        – Par contre, le chiffre de 3,5 milliards d’individus est un chiffre expérimenté par du vécu, à contrario de toutes supputations sur le futur…

        Pour arriver à un but, il existe bien des manières.
        Et contourner une montagne ne revient pas à la raser.

        Et au final, 3,5 n’est pas 0,5. Et des méthodes douces et morales sur cent ans sont possibles.
        Mais bon, à chacun sa croyance.

  • Il y a vraiment un problème au niveau du traitement des faits avec cette histoire de « surpopulation » mélangé au dérèglement climatique auto-proclamé « réchauffement climatique » (bah oui ça fait plus peur à la populas comme ça).

    Comme le souligne l’article, il est absurde de vouloir réduire la population pour réduire les pollutions, puisque justement, les polluants sont ceux qui se reproduisent le moins. Les problèmes liés à la pollution est avant tout SYSTEMIQUE.

    De plus, il y a un autre point jamais ou pas assez souligné dans ces théories qui est pourtant essentiel.
    Personne ne parle du fait que plus une population évolue, moins elle se reproduit.
    En gros, regardez les taux de croissances en détails de nos pays « développés » et vous comprendrez qu’il y a anguille sous roche.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_et_territoires_par_taux_de_croissance_d%C3%A9mographique

    On ne parle pas non plus des effets style « baby boom » et leurs contre coup « papy boom »…
    Pour la France notre taux est de 0.5 en 2012, mais nous savons très bien que d’ici 30 ans, il va y avoir une maxi augmentation des taux de mortalité du au baby boom », donc le taux va devenir évidemment négatif.

    Il est fort probable que le schéma soit le même dans un grand nombre de pays occidentaux.

    Donc il est facile de comprendre l’enjeu caché derrière tout ça : un communication politique, pour assurer aux dominant la conservation de leurs supériorité en contrôlant les populations dominées.

    En somme, une philosophie de négrier vieillissants qui depuis quelques temps, se déguise habillement en hypocrite « make our planet great again ».

  • « Si on ne se bouge pas, les enfants heureux, seront ceux qui ne seront pas nés. » Je suis absolument d’accord. D’accord aussi avec @ Le Veilleur quant au fait de refuser de faire des gosses car on n’a rien à leur offrir et qu’ils devront réparer autant que faire se peut nos co… (bêtises, âneries, … c’est bien trop faible).

    Le problème est multiple et complexe. Oui, la Terre se sauvera bien, sauf si nous trouvons les moyens de la faire exploser. C’est nous que nous cherchons à sauver. Mais notre civilisation arrive à sa fin de toute façon. Nous n’avons encore rien compris, alors il nous faudra recommencer, encore et encore, sur cette planète ou sur une autre, au cours d’autres incarnations.

    Bien sûr, revoir notre façon de vivre me parait essentielle. Mais en attendant, les pays africains et d’autres encore nous tombent sur le poil parce qu’ils ne peuvent plus vivre dans leur pays, pour tout un tas de raison.
    Si la France – par exemple – diminuait sa population, elle serait submergée par d’autres populations car la nature a horreur du vide et qu’il faut faire tourner un pays. C’est déjà le cas. Et une population immigrée est plus facile à exploiter sans doute.
    Si les pays pauvres diminuaient leur population, certains auraient peut-être un peu plus de quoi vivre. Cela me parait logique, mais c’est ma logique d’Occidentale. Alors je ne sais pas..

    J’économise l’eau autant que possible, par respect pour tous les peuples qui n’ont pas accès à l’eau potable. Mais, concrètement, est-ce qu’ils en ont plus parce que, moi, ici, je fais attention ? Je me suis posé la question…

    Si j’achète local, je leur enlève du travail, même sous-payé, même exploité. Par exemple les bananes, ou des vêtements qu’ils fabriquent. Est-ce bien ou mal ? Les deux…
    C’est très complexe. Mais toujours est-il que la population accepte ce mythe de la sur-population à condition que la baisse se passe dans les autres pays, en Afrique de préférence. C’est grave je trouve…

    • blackh

      Je suis avec une africaine. Elle en a rien à foutre d’économiser l’eau : c’est le dernier de ses soucis.

      Leur soucis, c’est de singer les occidentaux et de profiter de la société de consommation (en général).

      Qui a dit déjà qu’il n’y a aura plus de racisme quand on pourra dire à un étranger qu’il est con.

      • engel

        Oh malheureux du vécu, ici …. Vade retro satanas, vilain monsieur!

        Ici c’est la peuplade des bisounours, de la rêverie permanente, des bons sentiments, de la bobo-atitude, du simplisme joyeux, des idées préconçues bien rassurantes, ….faut pas déconner quand même.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

        ….Un africain noir, con et qui en plus, chie dans le puit. Cela n’existe pas, Mr!
        …Il n’y a que les européens pour être assez cons pour polluer ainsihttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • DTC

    Bah c’est clair que c’est une question de mode de vie. On devrait tous s’occuper de subvenir à nos besoins localement, avec le moins d’artifices possibles. En ça l’argent à complexifié les choses en nous obligeant parfois à aller bosser loin pour acheter ses ressources qu’on pourrait produire près de chez nous. Réglons les choses village par village, quartier par quartier… ya que ça je pense.
    Il y aura forcément une limite, même avec une vie sobre. Mais cette limite se situerait à un nombre plus important d’humains qu’actuellement (vu qu’on consommerait moins).

    Un truc où on n’est pas bon du tout: Internet. Rien qu’en allant sur ce blog, en regardant des vidéos etc, j’ai une consommation démentielle! Les serveurs, un peu partout, tournent à plein régime… Une émission de radio en parlait. Apparemment, ça dépasserait même la pollution des transports… Il va donc falloir fermer ce blog http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • Le jour où, pour une raison quelconque, ‘solaire, guerrière, etc.) il n’y a plus de technologies disponibles, internet, banques, super marchés, etc., ce seront les africains qui s’en sortiront le mieux. Ils sont habitués à vivre (survivre) avec trois fois rien, ils continueront. Mais nous les occidentaux… on risque de souffrir beaucoup plus qu’eux en ce moment, et de survivre beaucoup moins bien.

    • engel

      Ouais ça se discute…

      Le problème est que les machettes n’ont pas besoin d’électricité pour fonctionner à plein rendement.
      Eux, ils vont te le résoudre le problème d’adéquation de ressource/consommation régionale.
      …Un peu comme au Rwandahttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • Lilith Lilith

      je me demande si tu as déjà été en Afrique franchusylhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif certes il y a des tribus comme en Amazonie ou dans certaines iles du pacifiques qui vivent loin de toutes technologie moderne mais il en reste si peu …..

      • engel

        Çà me rappelle un reportage des années 80:

        – Les tribus sauvages du fin fond de la forêt amazonienne, uniquement accessibles par canoës, après maintes périples.

        Là, on les voyait tous à poil avec arcs et flèches.
        Puis subitement le chef de tribu apparut, magnifique, grandiose avec son……tee-shirt Ferrari rouge!!!

        …Plus de 30 ans déjà.
        Ferrari plus fort que des millénaires de traditions. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      A ce moment là tu n’auras qu’à émigrer en Afrique, il restera bien quelques des bateaux, et des passeurs https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      Depuis le temps que certains répètent inlassablement qu’un minimum de préparation est nécessaire pour survivre en cas de rupture du système actuel ou face à un événement (solaire, guerrier …)

      M.G.

  • Panurgie

    Bon bon je vais pas repasser sur les commentaires plus haut. Je tiens juste à dire que la démographie c’est complexe, et que donc les vidéos/articles n’effleure qu’un tout petit peu le sujet. Je partage donc deux noms d’ouvrages.

    « L’Europe submergée: sud-nord dans 30 ans »,1987, Alfred Sauvy. L’ouvrage met en avant les problèmes de la démographie africaine sur le long terme et notamment sur l’Europe.

    « La population mondiale: répartition,dynamique, et mobilité », 2015 (troisième édition), Olivier David. Ça permet de faire un bon topo général.

  • Lilith Lilith

    hier c’était la journée mondiale de la toilette, on a pas idée le nombre de mort causé par le manque de toilettes ou latrines…………

    http://www.un.org/fr/events/toiletday/

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Merde ! Je la connaissais pas celle-là ! J’attends toujours la journée mondiale de la connerie, voire même la semaine tellement elle prend de l’ampleur ces derniers temps !

      Cet article est un tissus d’ineptie, sûrement des intérêts économiques en arrière plan. Les excréments humains sont un parfait amendement pour les cultures, au même titre que ceux des animaux, il suffit de les déposer dans des toilettes sèches, puis de les composter correctement avant utilisation. Ça semble compliqué et onéreux à mettre en œuvre ? Décidément, le manque de jugeote des bipèdes me désespère …

      M.G.

      • logic

        l’empereur chinois de je ne sais plus quelle dynastie utilisait déja les excrément humain comme engrais pour son potager!
        En effet, personne ne se pose jamais la question pourquoi tous les animaux du monde font leur besoins dans la nature et pourquoi pour eux ça ne pose pas de problème ????
        pourquoi le crotin la bouze ou le lisier seraient de super engrais et les excréments humains des pathogènes???
        Bref l’humain gobe tout et n’importe quoi depuis des millénaire

        en toute chose, le problème c’est la dose… un produit concentré devient souvent un poison !

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        Oui, après Becaud et Le Luron, disons le clairement : l’important c’est la dose, https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif comme pour l’urine par exemple, à ne pas utiliser pure, mais disons un pipi dans un arrosoir de 10L d’eau (pour les dames il faut un entraînement spécifique, ou un entonnoir) https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

        Petit bémol également pour l’utilisation des déjections au jardin : si un hypocondriaque venait faire ses besoins dans mes toilettes, j’éviterais d’amender le potager avec son offrande. A la limite j’en ferais profiter les massifs de fleurs, car n’oublions pas qu’une bonne partie de ce qui rentre d’un côté ressort de l’autre

        M.G.

      • logic

        urines + cendres de bois a égale volume dans 10 fois leur volume d’eau, le meilleur engrais au monde et surtout des matières premières hyperlocales!
        D’ailleurs à ce propos, quand on intègre le principe de la permaculture, on s’aperçoit très vite que les solutions sont a portée de mains!
        Le pipi pur au pied des jeunes arbres (en changeant d’arbre chaque jour) est également très efficace! (à réserver aux hommes)

        Quant aux médicaments, il va s’en dire que l’ensemble doit être bio! ;)

      • Des toilettes seches bien fermentées au composteur, sur un terrain retravaillé au BRF donne des légumes deux fois plus vite, et deux fois plus gros. Et largement meilleurs sans produits chimiques autre que du savon noir dilué pour les pucerons. Mais chut faut pas le dire.

    • engel

      Et oui, comme je le disais plus haut, faut pas chier n’importe où, ni faire chier n’importe qui…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

      Chie dur, chie mou, mais chie dans l’trou !

  • logic

    dans un système basé sur le profit et également sur la dette du peuple (au travers de l’état), la démographie est le moteur, et ce n’est pas pour rien si l’on fait venir des migrants par millions !

    Donc a mon humble avis, le sujet de la surpopulation est un moyen des puissants lancer comme une rumeur pour que les pauvres s’offusquent et finalement accepte de vivre dans un monde « surpeuplé »… Et si ce mot est entre parenthèses, c’est surtout parce que la surpopulation est très relative compte tenu qu’il y a encore 2.5hectares par humain sur terre! Le problème serait plutôt la rareté artificielle de l’espace disponible et de l’argent, entretenu par le concept de propriété privé et l’esclavage qui en découle….

    faire croire a une chose pour obtenir son contraire n’est pas nouveau, et d’après les calculs, partout dans le monde on manque d’humain pour éponger la dette !

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    sans rentrer dans les propagandes en vogues, il n’est pas compliqué de comprendre que plus l’expension humaine suit sont chemin plus la vie disparait. (j’avais pas 15 ans que j’avais compris )
    Si vous voulez une terre dénuée de vie pour vos enfants … continuez à en faire ; surtout qu’ils vont être super heureux dans le monde qui vient.
    On peut aussi regarder le nombre d’orphelins et déjà s’en occuper si on à un ce fameux manque à combler. Et ce n’est pas parcequ’ils ne sauront pas de votre sang qu’ils ne pourrons pas suivre un autre chemin qui celui qui est en marche.

  • logic

    Et si toutes les rumeurs conspirationiste (vraies ou fausses) faisait le jeux des puissants??
    car, vraies ou fausses elles bouffent notre énergie qui aurait pu servir a avancer vers plus d’autonomie par rapport au système!
    En effet, pendant que nous débattons constamment du vrai ou du faux nous n’avançons pas et surtout, nous ne nous co-informons pas des alternatives au système!
    Pourquoi face à chaque article exposant un problème du système n’y a -t-il pas une proposition alternative?

    • Grand marabout Grand marabout

      sur bien des problemes dans le systeme,la proposition alternative,serait d’éliminer les sources:le fric,les politiciens,les lobbys et beaucoup plus dur:
      la passivité abêtissante de nos semblables qui entretient l’ensemble
      mais je suppose que tu t’es heurté toi aussi à un: »qu’est tu veux y faire »

      la minorité consciente supporte la majorité formatée
      faut faire sa part du colibri,avec ceux qui ont compris,les autres
      qu’ils continuent de subir,faut pas les plaindre,ils s’en contentent de leur niveau..
      un peu de télé,quelques gadgets et la servitude
      moi je finis par en rire de leur crétinisme !

      • Grand marabout Grand marabout

        mais tu as raison: les rumeurs sont des tests,pour la populace,ça meuble,ça occupe,ça distrait à la machine à café du boulot,sur les comptoirs des bistrots..
        ils jaugent le degré réactionnaire,et ça passe,petit à petit

      • logic

        je suis d’accord avec toi, et je ne m’adressai pas a la masse abêtit ! car il y a bien longtemps que je ne crois plus à « changer le monde »…. Le monde changera quand une quantité suffisante d’humain aura atteint un niveau de conscience nécessaire! Et ce n’est pas pour Demain!… mais plutôt d’ici 30ans, pas avant!
        En attendant, il y a des « éveillés » qui ne se sentent pas à leur place dans ce monde, et je ne comprend pas leur obstination à vouloir « changer le système »….depuis des millénaires, aucun humain du peuple n’a changer le monde, et si certains y sont arrivé ponctuellement, les choses sont vite rentrées dans l’ordre!!
        LA seule chose qui a toujours marché, ce sont les évolution de conscience partit de minorité, voire même d’individus qui avait mit le système de coté pour vivre leur vie..
        Pour que le monde change, le niveau de conscience doit s’élever, et cela demande du temps!
        Si les éveillés d’aujourd’hui attende le reste du monde, ils mourront d’avoir trop attendu!
        Il faut avant toute chose que les éveillés vivent leurs rêve, et ceux qui voudrons suivre suivrons, il faut être prêt pour cela!
        Il est important que ces éveillés ce mettent en mouvement et construise leur rêve pour pouvoir faire toucher du doigt un nouveau monde, une nouvelle façon de penser et de vivre, par leur expérience, par leur savoir et par leur compétences..
        Il n’est plus temps de palabrer! il faut oublier le système et fabriquer celui que l’on veut
        les consciences n’évoluent pas en mouvement de masse, elles partent d’individus!
        Le système n’est pas mauvais ni injuste à proprement parler, nous n’y sommes plus adapter par rapport a notre niveau de conscience, voilà tout!

      • logic

        merci pour le tableau des manipulations de masse, il est bon de le rappeler ! ;)
        l’humain vraiment « humain » l’oublie trop souvent (bien qu’il le sache), mais sa nature profonde n’étant pas la manipulation, c’est bien normale! mais c’est la la force des psychopathes qui nous gouvernent !

    • Le pire étant que certains donnent les sources d’info et que personne ne vérifie. Personne ne va voir les docs qui sont de plus tout a faits officiels, et dont certains se trouvent a la bibliotheque nationale en acces libre.

Poster un commentaire